La Fashion Week de Paris s’achève sur des notes de poésie

0

Fin de spectacle ce mercredi avec les défilés Louis Vuitton et Hermes qui mettent fin à une semaine riche en émotion.

Dans un tourbillon de romantisme, la maison du Monogramme célèbre la femme dans tous ses états menée par Leaticia Casta en tête de file. « Et Dieu créa la femme » pouvait lire les chanceux qui regagnaient les premiers rangs du show en zieutant du regard la sulfureuse Dita Von Teese.

Sous une tente autour du bassin à jets d’eau de la cour carrée du Louvre, Marc Jacobs a imaginé la femme Vuitton rétro avec des coupes cintrées et des push-up hallucinants qui rappellent les formes voluptueuses des femmes des 50’s. En prime, les tops « old school » ré envahissent le podium, Adriana Lima, Elle Macpherson, Karolina Kurkova. Aux pieds de ces Ex-Tops, des escarpins pointus noués délicatement qui magnifient leurs jupes volumineuses en tweed à carreaux.


Un Hiver 2011 sous le signe de la féminité

Marc Jacobs a su là, une fois encore, exalter les courbes des femmes dans des drapées de soie et de dentelles noires. Le style plus british, Hermes festoie le cuir dans un esprit « Chapeau melon et bottes de cuirs » revisités. Lily Cole, à la chevelure rousse et au teint de porcelaine, stupéfait l’assemblée dans son allure très Emma Peel. Une fois encore, Jean Paul Gaultier se plie à un de ses exercices favoris, la réinterprétation des codes du vestiaire masculin. Les héroïnes anglaises défilent chez Hermes avec parapluie et « TheTimes » sous le bras. Pourtant, le créateur a choisi un hangar parisien pour présenter sa collection de l’hiver 2011 très british. Le crocodile est le nouveau chic, il se décline en mini-jupe, cuissarde, salopette. Le cuir gaine les corps des mannequins sous forme de costume trois pièces. Ainsi s’achève une semaine de créativité.

soumymess@yahoo.fr

* Paris

Comments are closed.

Share.

En savoir plus sur Middle East Transparent

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading