Le prince des Émirats scelle sa réconciliation avec Erdogan

0

Ennemis jurés depuis le début des printemps arabes en 2011, Abu Dhabi et Ankara veulent que leurs relations connaissent une « nouvelle ère ».

 

Le tapis rouge pour MBZ dans le palais d’Erdogan : la scène eût été inimaginable il y a encore deux ans, alors que les deux hommes, en froid depuis plusieurs années, se livraient bataille par drones interposés dans le ciel libyen. Mais les intérêts stratégiques du moment, liés entre autres au désengagement américain de la région, semblent avoir eu raison des vieilles querelles opposant la Turquie à son rival d’Abu Dhabi. « Les relations bilatérales seront examinées dans toutes leurs dimensions et les mesures destinées à les améliorer seront envisagées », indique un communiqué de la présidence turque en guise de préambule à la visite très attendue, ce mercredi, du prince héritier Mohammed Ben Zayed al-Nahyan (MBZ). Ce déplacement vise à « consolider les liens bilatéraux et examiner diverses questions régionales et internationales », précise l’agence officielle des Émirats sur son compte Twitter. Au sommaire des discussions figure également un important volet économique, croit savoir une source turque bien informée. «Les Émirats songeraient à investir entre 10 et 15 milliards de dollars, notamment dans le domaine militaire et aéronautique… et qui pourrait concerner, ironie de l’histoire, l’achat de drones turcs », confie-t-elle.

Une page est-elle en train de se tourner ? Voilà presque une décennie que la Turquie et les Émirats étaient engagés dans une querelle régionale qui les opposait à tous les niveaux et s’était cristallisée autour de l’Égypte, à l’issue des révolutions du printemps arabe de 2011 : Ankara soutenant le président égyptien issu des Frères musulmans, Mohamed Morsi, Abu Dhabi appuyant de son côté le maréchal Sissi, à l’origine de l’éviction forcée du premier, en 2013. Le conflit libyen n’a fait qu’exacerber les tensions, puisque les deux pays se sont de nouveau retrouvés dans deux camps opposés : celui du gouvernement d’Union nationale de Tripoli pour la Turquie ; celui du maréchal Haftar, proche du Caire, pour les Émirats, le tout sur fond de querelle autour de la délimitation des frontières maritimes en Méditerranée orientale. « Paradoxalement, les dirigeants turcs et émiratis ont bénéficié de cette confrontation sur le plan politique, en l’utilisant pour conforter leurs positions intérieures et internationales. Pour les Émirats arabes unis, contrer la Turquie a ouvert la porte à de nouvelles alliances avec des acteurs occidentaux, notamment des pays européens comme la France et la Grèce, et a renforcé sa position à Washington. Pour Ankara, sa description des Émirats arabes unis comme étant résolus à déstabiliser Erdogan, a alimenté la thèse officielle selon laquelle des forces extérieures essayent de saboter une Turquie en plein essor – thème clé des dirigeants turcs lorsqu’ils expliquent leurs objectifs de politique étrangère aux électeurs », observent les chercheuses Asli Aydintasbas et Cinzia Bianco dans un rapport du European Council of Foreign Relations.

Mais après avoir longtemps capitalisé sur cette rivalité, la Turquie doit se rendre à l’évidence : l’échec du modèle des Frères musulmans et la crise économique actuelle la contraignent à sortir de son isolement. Pour leur part, les Émirats ont pris note de la réticence du nouveau président américain, Joe Biden, à soutenir sans équivoque les monarchies du Golfe, et ils se doivent de réajuster leur politique régionale. C’est en début d’année qu’un premier pas a été fait. « Nous n’avons pas de problèmes avec la Turquie, tels que des questions de frontières ou de toute autre nature », avait déclaré le ministre d’État émirati aux Affaires étrangères dans une interview accordée en janvier 2021 à Sky News Arabia, en ajoutant qu’Ankara pourrait « recalibrer ses relations » en mettant fin à son « soutien aux Frères musulmans ». Les premiers signes de désescalade avaient vite suivi : les Émirats arabes unis avaient rétabli les vols entre Istanbul, Abu Dhabi et Dubaï, tandis que la Turquie imposait des restrictions aux Frères musulmans – en demandant notamment aux chaînes d’opposition égyptienne basées à Istanbul de cesser leurs critiques envers le président Sissi. Quelques mois plus tard, au cœur de l’été, la détente s’était accélérée avec la visite du conseiller à la sécurité nationale des Émirats, Tahnoun Ben Zayed al-Nahyan, dans la capitale turque. Cette rencontre inédite avec Erdogan, qui préparait le terrain à celle de ce mercredi, avait alors été célébrée comme le « début d’une nouvelle ère ».
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Share.
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x